Dans Le malaise dans la culture, en parlant des méthodes que l’homme utilise pour diminuer la souffrance et augmenter les sensations de bonheur, Freud insiste sur la difficulté de faire pousser « une cuirasse impénétrable aux flèches du destin » et sur la défaillance de ces méthodes « lorsque le corps propre devient la source de la souffrance ». De l’introduction du toxique « étranger au corps » jusqu’à la sublimation religieuse et spirituelle, il introduit une articulation concrète entre le corps sacrifié et/ou exalté et le corps imbriqué dans le symbolique ainsi que son envers, le symptôme.

Un siècle à peu près après cette œuvre freudienne, les religions non seulement monothéistes, mais les religions nouvellement introduites sous différentes formes, sont impliquées dans des pratiques religieuses les plus contemporaines. Ces formes nouvelles ancrées exigent une analyse dans un cadre mieux défini conceptuellement. Inscrivant la démarche psychanalytique dans une réflexion critique sur la notion de sécularisation, de fanatisation ou d’extrémisme, ce colloque cherche à montrer que le corps en tant que source de la souffrance entre en jeu à travers les pratiques socialement introduites dans la sphère religieuse moderne. Par ce biais, l’analyse profane introduite par Freud ouvre un débat sur le monothéisme, l’athéisme ainsi que la spiritualité, articulés avec la science. Il s’agit de débattre de l’articulation entre l’anthropologie psychanalytique et les pratiques sociales du corps religieux, à travers les questions concernant les usages du corps, la diversité des représentations du corps dans une démarche où se conjuguent, en ce lieu « soma », des déterminations inconscientes, sociales, culturelles et scientifiques.

Le colloque confrontera des formes d’expression de la souffrance des corps et des dispositifs de soin dans les phénomènes « hybride » : para-médical, para-psychologique, « pseudo-religieux », pseudo-scientifique. Engagée dans une investigations des situations actuelles, que peut dire ou envisager, l’analyse profane de la psychanalyse au sujet de ces formes nouvelles des pratiques corporelles ? Quels sont les enjeux inconscients liés au corps dans ce monde de mutation ?  Ce colloque est prévu pour débattre ainsi le rapport du sujet avec sa vérité de l’inconscient dans des mouvements nouveaux dans la dimension occidentale et internationale des religions : le judaïsme, le christianisme, l’Islam, le bouddhisme, l’hindouisme dans les résurgences du phénomène « New Age ».

Programme

08h45-09h00 Ouverture du Colloque par Pr. Paul-Laurent ASSOUN, Directeur d’équipe Interne « Corps, pratiques sociales et anthropologie psychanalytique » du CRPMS, Université Paris 7.

09h00-09h45 « Le vampire, un non mort encore vivant » par Max KOHN

Maître de Conférences, Université Paris 7.

9h45-10h00 Discussion

10h00-10h45  « Destins cliniques du corps : le corps social et son envers inconscient » par Pr. Paul-Laurent ASSOUN

10h45-11h00 Discussion

11h00-11h45 « Le destin bouddhique, la souffrance occidentale » par Elizabeth KALUARATCHIGE

Maître de conférences, Université Paris 7.

11h45-12h00 Discussion

13h30-14h15 «  Le rapport non avoué et « non su » , entre transsexualisme et transfiguration, comme exercice du religieux » par Claire GILLIE

Chargée de Cours, Université Paris 7.

14h15-14h30 Discussion

14h30-15h15  « Vêtement et corps féminins dans la société marocaine contemporaine » par  Aline TAUZIN

Chargée de Recherches CNRS.

15h15-15h30 Discussion

15h30 – 16h15 « La glossolalie, phénomène religieux et/ou psychotique »par Pr. Gérard POMMIER

Professeur de l’Université de Strasbourg.

16h15-16h30 Discussion

16h30 fin du colloque et conclusion- par Pr. Paul-Laurent ASSOUN

Colloque organisé par l’équipe de recherches (interne) « Corps, pratiques sociales et anthropologie psychanalytique » du CRPMS, UFR Sciences Humaines Cliniques, Université Paris 7, Denis Diderot.

Directeur d’Equipe interne  : Pr. Paul-Laurent ASSOUN

Directeur CRPMS : Pr. Alain VANIER

Pour tous renseignements : Elizabeth KALUARATCHIGE : rf.aliov@araulak