Public

Ce diplôme d’Université s’adresse à des professionnels du soin (psychologues cliniciens, psychanalystes, musicothérapeutes, médecins, ORL, phoniatres, orthophonistes, etc.), des professionnels de la voix (phonéticiens, phonologues, linguistes, psycholinguistes, acousticiens, musicologues, ethnologues, ethnomusicologues, chanteurs, comédiens, professeurs de chants et de théâtre), ainsi qu’à toutes les personnes confrontées aux problématiques liées à la voix (enseignants, avocats, politiques, etc.).

A partir de l’étude des dossiers et des parcours de chacun, il sera envisagé la nécessité de faire un stage d’observation de patients sur un terrain clinique, si le parcours personnel ne confronte pas le stagiaire ni à certaines dimensions cliniques de la voix, ni à certains dispositifs thérapeutiques recevant des sujets en souffrance vocale et/ou psychique.

Niveau souhaité : Master / Licence ou équivalent accepté sur dossier, selon l’expérience professionnelle du candidat. Votre inscription est conditionnée à l’acceptation de votre candidature par la commission pédagogique du diplôme.

Si besoin, un entretien pourra également être proposé.

 

Objectifs visés

Le but de cette formation est de faire travailler en synergie les terrains et les pratiques « locales » de la voix, la psychanalyse intervenant comme problématisation rendant possible une appréhension psychopathologique mais aussi une compréhension de cette réalité anthropologique centrale et complexe qu’est la voix. Il s’agit dans ce Diplôme d’Université de prendre en compte les formes d’une clinique de la voix en leur diversité, les symptômes vocaux et pathologies vocales étant susceptibles d’en mettre au jour la signification inconsciente et la fonction pulsionnelle.

La visée de ce tissage étant de repenser la clinique des pathologies vocales qui mettent en échec le geste médical (phoniatrie), rééducatif (orthophonie), pédagogique et artistique.

Compétences visées

Eclairer les pratiques singulières de chacun là où elles butent quand des pathologies vocales se déchaînent, repenser l’accompagnement du patient (ou de l’élève, l’enseignant, le chanteur, l’orateur, le comédien, etc.) afin qu’il puisse traverser cette épreuve du manque enkysté dans sa parole qui vient à manquer. Mettre au travail les questions suivantes : Que peut dire la psychanalyse de la clinique des aphonies, des mutismes, du bégaiement, des dysphonies, des laryngectomies, des raucités, des proliférations de nodules, polypes, sulcus glottidis, paralysies des cordes vocales, des papillomes laryngés récidivants, de la mue, des suicides par strangulation ou ingestion de matières toxiques, des phénomènes d’écholalies, de la réassignation vocale des transsexuels pour lesquels « la voix » est le dernier bastion qui résiste à la métamorphose sexuelle ? La voix peut-elle être isolée comme médiation thérapeutique ou assimilée à d’autres médiations de ce type ? A quelle impossible écoute du cri de détresse, ou du silence de sidération, le clinicien peut-il être confronté ? Que devient « le cadre analytique » pour un patient privé de la parole audible, et qui s’adresse à un analyste ? Comment garder sa spécificité de professionnel, auprès des personnes que l’on suit, tout en les amenant à aller travailler conjointement leurs difficultés sur une autre scène, en particulier analytique ?

La délivrance de ce D.U ouvert à un public varié, ne permet cependant pas de recevoir à titre de thérapeute des patients en souffrance psychique et/ou vocale, sauf pour les personnes ayant suivi auparavant un cursus spécifique les y autorisant.

Intervenants pressentis

 (Sous réserve de modification)

Houria ABDELOUAHED, Maître de Conférences, Université Paris Diderot Paris, psychanalyste

Paul-Laurent ASSOUN, Professeur émérite Université Paris Diderot Paris, psychanalyste

Marcela ASSOUN, Psychologue clinicienne dans un Cabinet Médical Spécialisé de l’Enfant et de l’Adolescent. Doctorante Paris 7, sous la direction de François Sauvagnat.

Marie-France CASTAREDE, Professeur honoraire de psychopathologie, psychanalyste  Robert EXPERT, Professeur de chant – Intervenant en acoustique vocale au CNSM de

Paris, Contre-ténor

Claire GILLIE, Chargée de cours Université Paris Diderot, psychanalyste

Nathalie HENRICH, Chargée de Recherche CNRS spécialisée sur les Sciences de la Voix,

Département Parole et Cognition de GIPSA-lab, Grenoble

Ghilaine JEANNOT-PAGES, Maître de Conférences en droit privé et sciences criminelles, HDR, Université de droit et des sciences économiques de Limoges, laboratoire OMIJ (observatoire des mutations institutionnelles et juridiques) EA 3177– Psychanalyste  Elizabeth KALUARATCHIGE, Maître de Conférences Université Paris Diderot, psychanalyste

Isabelle JULIAN, Musicothérapeute, Association française de musicothérapie

Aude LAGIER, médecin phoniatre, ORL, Maître de conférence-Praticien hospitalier (MCU-PH) Université Aix-Marseille, Chef de clinique (Praticien Hospitalier) Service d’ORL  et chirurgie cervico-faciale-Pr P. Lefebvre, CHU de Liège

Brigitte LALVEE, Professeur agrégé de Lettres classiques, psychologue clinicienne, psychanalyste

Chantal LHEUREUX-DAVIDSE, Maître de Conférences Université Paris Diderot, psychanalyste

Erwan PEPIOT, Docteur en Sciences du Langage, phonétique expérimentale et psycholinguistique, Université Paris 8

Claire PILLOT-LOISEAU, Maître de Conférences en Phonétique-Linguistique, Institut de Linguistique et de Phonétique Générales et Appliquées (ILPGA), Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Orthophoniste à l’Institut Vernes.

Joana REVIS Orthophoniste, Docteur en Linguistique, Chercheur au Laboratoire Parole et Langage (CNRS UMR 7309), membre du LabEx Brain and Langage Research Institut, Maître de Conférence Associé à la Faculté de Médecine de Marseille, Responsable Pédagogique du Centre de Formation en Orthophonie de Marseille.

Natacha VELLUT, Psychologue, psychanalyste : Membre du CNRS/ CERMES3 Centre de recherche Médecine, Sciences, Santé, Santé mentale, Société, Membre de l’Ecole des Forums du Champ Lacanien

Jean-Michel VIVES, Professeur de psychologie clinique et psychopathologie à l’université de Nice-Sophia Antipolis

 

Responsables

Responsable universitaire : Paul-Laurent ASSOUN, Ouriel ROSENBLUM
Responsable pédagogique : Claire GILLIE

Contenu

La démarche partant d’une diversité disciplinaire de champs, elle se spécifiera par un recours à la psychanalyse de l’objet inconscient de la voix susceptible d’en éclairer les aspects pulsionnels et les enjeux inconscients, au-delà des aspects dysfonctionnels mais aussi à travers un examen précis de ceux-ci. Ces questions seront abordées depuis l’étude de cas cliniques, et les échanges qu’ils occasionneront chez les différents intervenants avec les participants.

Pour faciliter le repérage des champs conceptuels représentés dans cette formation, les thématiques présentées par les intervenants ont été regroupées sous les 5 rubriques :

  • le discours psychanalytique sur la voix et ses symptômes
  • le discours médical sur les pathologies vocales
  • le discours scientifique sur la voix en sa matérialité sonore
  • leurres et métamorphoses du travail de la voix
  • la voix comme médiation thérapeutique

Ces champs conceptuels seront croisés à l’intérieur de problématiques :

  • voix corporelle / voix pulsionnelle
  • voix d’hommes, voix de femmes / voix des transsexuels
  • la voix en sa matérialité sonore
  • la voix dans la psychose
  • symptôme vocal, symptôme névrotique
  • les accidents de la voix
  • naissances, mues, vieillissement de la voix
  • la voix comme médiation
  • voix et lien social
  • colloque voix/psychanalyse

Analyse des pratiques / méthodologie du mémoire. Plusieurs axes de travail seront répartis en 3 séances :

  • mise en perspective et en regard des apports collectés tant théoriques que cliniques
  • élaboration d’une problématique singulière et des hypothèses de travail
  • méthodologie de l’écriture et de la structuration du dossier
  • préparation à la soutenance

Rappel : A partir de l’étude des dossiers et des parcours de chacun, il sera envisagé la nécessité de faire un stage d’observation de patients sur un terrain clinique, si le parcours personnel ne confronte pas le stagiaire ni à certaines dimensions cliniques de la voix, ni à certains dispositifs thérapeutiques recevant des sujets en souffrance vocale et/ou psychique. La délivrance de ce D.U ouvert à un public varié, ne permet cependant pas de recevoir à titre de thérapeute des patients en souffrance psychique et/ou vocale, sauf pour les personnes ayant suivi auparavant un cursus spécifique les y autorisant.

La soutenance du mémoire aura lieu fin juin, début juillet.
Chacune des sessions mensuelles de deux jours sera axée autour d’une problématique qui rassemblera 4 interventions. Claire Gillie sera présente, dans la mesure du possible, à l’ensemble des sessions pour en préciser les articulations internes.

Référents théoriques

Les écrits psychanalytiques de Freud, Lacan, Alain Didier-Weill (Invocations), Michel Poizat (Le cri de l’ange), Paul-Laurent Assoun (Le regard et la voix / Corps et Symptômes), Claire Gillie (Voix éperdues), Jean-Michel Vives (La voix sur le divan), Frédéric Vinot, Erik Porge, Marie- France Castarède (La voix et ses sortilèges), et les Actes des Colloques Voix/Psychanalyse (Solipsy) sous la direction de Claire Gillie, constitueront également les référents théoriques mais aussi les assises cliniques des réflexions engagées depuis le discours analytique. C’est ce discours qui viendra se mettre en dialogue avec les autres discours présents à ce D.U, le discuter, l’interroger, afin d’affiner ou de bousculer l’écoute clinique de la voix et ses symptômes.

NB : Une bibliographie spécifique sera remise aux stagiaires une fois l’inscription au D.U finalisée. Un site interne au groupe leur permettra d’y retrouver les traces et documents liés aux différentes interventions.

Calendrier

(sous réserve de modification)

120 heures de cours répartis sur 18 journées regroupées par 2, les premiers lundi et mardi du mois. Les cours se dérouleront de début octobre à fin juin.
Les horaires de chaque journée sont : 9h30 à 12h30 et 13h30 à 16h30.

  • 14 et 15 octobre 2019  :  Voix corporelle / Voix pulsionnelle
  • 18 et 19 novembre 2019 : Voix d’hommes Voix de femmes / Voix des
    transsexuels
  • 16 et 17 décembre 2019 : Idéal, préjudice et leurres du « travail » de la voix
  • 20 et 21 janvier 2020 : La voix dans la psychose
  • 24 et 25 février 2020 :  Symptôme vocal, symptôme
    névrotique
  • 23 et 24 mars 2020 : Accidents, avatars et destins de la voix
  • 20 et 21 avril 2020 :  Naissance, mues, vieillissement vocal
  • 11 et 12 mai 2020 :  La voix comme médiation, bonne et mauvaise rencontre
  • 8 et 9 juin 2020 :  La voix et lien social
  • 10 juin 2020 : Colloque   Voix   /   Psychanalyse (en articulation   avec   les interventions du DU)

Coût de la formation

Le coût global de l’inscription comprend le tarif de formation continue et des droits d’inscription universitaire. L’université Paris Diderot est un établissement assujetti redevable partiel à la TVA. Les activités relevant de la formation continue sont exonérées de TVA.

Cout pédagogique :

Sans prise en charge : 1200 €

Avec prise en charge * : 2400 €

* L’accord de prise en charge signé par le financeur devra parvenir à l’établissement dans les meilleurs délais.

Les frais d’inscription liés au droit du diplôme national sont en sus. Le montant des droits est défini par arrêté ministériel chaque année en juillet (à titre indicatif, le montant des droits en 2018-19 pour le niveau Master s’élève à 243€). En cas de non prise en charge, les frais d’inscription sont à la charge du stagiaire.

 

Candidature

Votre inscription est conditionnée à l’acceptation de votre candidature par la commission pédagogique du diplôme. Merci de nous faire parvenir par voie électronique ou postale avant le 23 septembre 2019 :

  • la fiche de candidature D.U dument complétée,
  • un CV (2 pages maximum),
  • une lettre de motivation précisant les raisons qui vous conduisent à postuler, votre parcours et votre projet professionnel,
  • la photocopie du diplôme permettant l’accès à la formation
  • la fiche accord de prise en charge employeur signée et tamponnée confirmant la prise en charge financière des frais de formation, si vous êtes dans ce cas

par voie postale :

Université Paris Diderot
UFR d’Études psychanalytiques
Service Formation Continue Case 7058
75205 Paris cedex 13

ou mail : rf.toredid-sirap-vinu@ocnalb.arual

Si votre candidature est retenue, vous devrez procéder obligatoirement, avant l’entrée en formation,  à une inscription administrative (frais d’inscription correspondant au droit du diplôme national) et à une inscription pédagogique auprès de l’UFR.

L’université se réserve le droit d’annuler une formation si le seuil de stagiaires requis n’est pas atteint.

  • Durée de la formation

    1 année universitaire de octobre 2018 à juin 2019
    120h de formation
    réparties sur les premiers lundi et mardi de chaque mois

  • Validation du diplôme

    Mémoire et soutenance orale

  • Tarif

    Sans prise en charge : 1200€
    Avec prise en charge : 2400€
    Les frais d’inscription au diplôme national sont en sus

  • Brochure

    Téléchargez la brochure complète !

Contact
rf.toredid-sirap-vinu@ocnalb.arual

 

Nous rencontrer
Bât. Olympe de Gouges
bureau 414, 4e étage
8 rue Albert Einstein
75013 Paris

 

Nous écrire

Université Paris Diderot Paris 7
UFR d’Études Psychanalytiques
Service Formation Continue – case 7058
75205 Paris cedex 13